Bienvenue sur ce nouveau blog

Un espace pour dire, entendre, découvrir, respirer

Des moments de prière en radio

Grâce à RCF-Bruxelles, en direct ou à la demande

Reprendre souffle au sein des monastères

Rencontre avec Marie-Thérèse

Les funérailles chrétiennes

Questions fréquentes

Rites et symboles des funérailles

Vos questions sur les funérailles chrétiennes

Que se passe-t-il après la mort ?

Réponses de soeur Régine du Charlat, soeur auxiliatrice des âmes du Purgatoire

La liturgie des funérailles

Comprendre et construire

L'euthanasie

Repères et réflexions

lundi 16 septembre 2013

Etre aux côtés des personnes en deuil: une source de vie


Etre aux côtés des personnes en deuil : 

une source de vie
 

Jeudi 17 octobre de 9h30 à 12h
 

Centre pastoral de Bruxelles  rue de la Linière 14  1060  Bruxelles
  


Lancement d'une formation à l'accompagnement et à la célébration du deuil et des funérailles

pour des personnes explicitement mandatées par leur responsable d'U.P



vendredi 6 septembre 2013

Nés vulnérables. Petites leçons de fin de vie


Nés vulnérables. Petites leçons de fin de vie.

Que vivons-nous durant ce temps d’avant la mort, lorsque la maladie mortelle fait son œuvre et gagne du terrain ? Que faisons-nous à écouter, à être témoin de l’avancée de la maladie, de la souffrance, de la douleur, de la mort de l’autre ? Qu’est-ce qui fait que nous continuons quand le « à quoi bon ?» se fait obsédant ?

A partir de son expérience de psychologue dans un service de soins palliatifs, l'auteure tente     de  dire ce qui met à mal.

Ce temps de fin de vie n'est pas un temps de vaine attente. Beaucoup de choses se vivent ou remontent à la surface, des parts en soi jamais entendues qui cherchent un lieu pour se déposer et se transformer. Face à la maladie qui s’impose et plonge dans le chaos, savoir que l'on n'est pas seul, faire l'expérience d'être porté comme à notre origine, peut réveiller « l'enfant rieur » qui sommeille en nous et nous mettre en contact avec des forces insoupçonnées, profondes, qui nous portent vers la vie et nous donnent la force de supporter l'insupportable. 

Agnès Bressolette est psychologue, psychothérapeute et participante à l'Ecole Belge de Psychanalyse. Après avoir accompagné des couples et des adultes dans un centre de consultations avec une équipe pendant plusieurs années, elle travaille actuellement dans un service de soins palliatifs à Bruxelles et pour des consultations en privé. 
CDD (Centre Diocésain de Documentation)
Librairie
Rue de la Linière 14 (4ème étage) à 1060 Bruxelles
Tél. : 02/533.29.40 - Fax : 02/533.29.41
Ouverture : Mardi, jeudi et vendredi (10h-12h et 14h-17h), mercredi (10h-17h)
              et sur rendez-vous


lundi 2 septembre 2013

La veuve, de Guillaume Charlier

Ma petite maman,

Je te vois si frêle, si fragile. La maladie, comme un lourd manteau, a recouvert ton corps affaibli. Te voilà près de la fin de ta vie. Je t’enlace, je caresse ton doux visage un peu creusé, tes mains noueuses. « Nos vieux parents sont comme nos bébés » dit la tradition africaine et c’est vrai. Je chante doucement à ton oreille, je te berce, je te câline. Tu es si faible. Et en même temps, je sens cette force, cette énergie en toi, cette vitalité que tu me transmets puisqu’il me faudra bientôt continuer à vivre mais sans toi à mes côtés. Pars en confiance, petite maman : au-delà du chagrin, ton amour continue à éclairer mon cœur.   

 Merci, Maman

Guillaume Charlier, Vieille femme de Blankenberge, Musée Charlier, Saint-Josse-ten-Noode © Musée Charlier


Guillaume Charlier (Ixelles, 1854 – Saint-Josse-ten-Noode 1925) est un sculpteur réaliste. Issu d’un milieu modeste, il est découvert par le mécène Henri Van Cutsem qui le prend sous son aile et lui permet de déployer sa créativité. Assuré d’une vie bourgeoise paisible, Charlier n’oubliera cependant jamais les pauvres, les humbles, les travailleurs dont il se sent proche. Grand portraitiste, il les représentera avec infiniment de douceur et d’empathie, telle cette aïeule. 

Les soucis quotidiens paraissent peser sur ses frêles épaules, tels les pans de son lourd manteau drapé. Un fichu retient ses cheveux et fait ressortir son petit visage marqué par les années. Pourtant cette vieille femme dégage à la fois beaucoup de sérénité et une immense force : ce corps si fragile semble s’extirper de la matière. Le sculpteur n’a pas hésité à lui offrir le marbre de Carrare, matériau noble d’habitude réservé aux grands personnages. Cette pureté, cette richesse, elle aussi y a droit. 

A sa mort, Charlier lègue son hôtel de maître sis au 16 de l’avenue des Arts et sa riche collection de peintures, sculptures, mobilier et arts décoratifs à la commune de Saint-Josse-ten-Noode pour que ce lieu intimiste et chaleureux devienne un musée public.