Bienvenue sur ce nouveau blog

Un espace pour dire, entendre, découvrir, respirer

Des moments de prière en radio

Grâce à RCF-Bruxelles, en direct ou à la demande

Reprendre souffle au sein des monastères

Rencontre avec Marie-Thérèse

Les funérailles chrétiennes

Questions fréquentes

Rites et symboles des funérailles

Vos questions sur les funérailles chrétiennes

Que se passe-t-il après la mort ?

Réponses de soeur Régine du Charlat, soeur auxiliatrice des âmes du Purgatoire

La liturgie des funérailles

Comprendre et construire

L'euthanasie

Repères et réflexions

vendredi 14 décembre 2012

Les quatre saisons d'aimer

Les quatre saisons d'aimer de Jean Debruynne

Illustrations de Charlotte Légaut
Naître, Vivre, Paix, Mourir! 200 poèmes de Jean Debruynne à lire et à savourer pour dire et chanter les couleurs des quatre saisons d'aimer. De sa rencontre avec Jacques Prévert, il apprend la force des mots, des conversations avec Madeleine Delbrêl, l'obéissance au réel.

De très beaux textes: textes de méditation, de prière, pouvant aussi servir pour des célébrations de funérailles.


CDD (Centre Diocésain de Documentation)
Librairie
Rue de la Linière 14 (4ème étage) à 1060 Bruxelles
Tél. : 02/533.29.40 - Fax : 02/533.29.41
Ouverture :
Mardi, jeudi et vendredi (10h-12h et 14h-17h), mercredi (10h-17h) et sur rendez-vous.

La librairie sera fermée entre Noël et Nouvel An, et du 2 au 7 janvier inclus, pour inventaire. Réouverture le 8 janvier 2013.

jeudi 13 décembre 2012

On ira tous au paradis

Le théologien Daniel Marguerat publie un dialogue avec la psychanalyste Marie Balmary autour du jugement dernier.
Un appel à "éterniser la vie".

Leur livre 'Nous irons tous au paradis' est paru aux Editions Albin Michel.

Lire ou téléchargez l'article paru dans La Vie - n°3504 du 25 au 31 octobre 2012

mardi 11 décembre 2012

La jeune fille et la mort


LA JEUNE FILLE ET LA MORT



Photo: Erminio Modesti
Franz Schubert (1797 - 1828) compose en 1824 une variation pour quatuor à cordes de son Lied, inspiré par le poème de Matthias Claudius La jeune fille et la Mort.
Ce thème trouve son origine dans la  mythologie grecque où l’enlèvement de Perséphone par le dieu des Enfers, symbolise la mort et la renaissance, annonciatrices du cycle des saisons. Ce rappel du caractère éphémère de la vie a, au cours des siècles, inspiré bon nombre d’artistes, dans tous les domaines (peinture, littérature, cinéma,….).

Le texte de Claudius se présente sous la forme d’un dialogue entre une jeune fille et la mort qui s’approche :
Jeune Fille                                                                 Mort
Va-t’en ! Ah ! Va-t’en !                                               Donne-moi ta main, belle et tendre créature
Loin de moi, cruel squelette                                      Je viens en ami, non pour te punir
Je suis encore jeune, laisse-moi                              Sois courageuse, je ne suis pas cruel
Chère mort et ne me touche pas.                             Tu dormiras apaisée dans mes bras.

Le quatuor de Schubert évoque donc une jeune fille remplie d’espoir et de révolte contre l’inévitable face à une Mort accueillante, douce, apaisante. 

Schubert fait très tôt l’expérience du deuil dans son entourage. Lui-même, jeune adulte, est frappé par la maladie. Victime d’une infection, il alterne les périodes de rémission et de souffrances mais sa santé se dégrade inexorablement. Conscient de la fragilité de l’existence, il puise dans sa douleur pour trouver cette paix intérieure qui guide son inspiration. De ses compositions, Schubert dira : « A écouter en hiver, mais dans mes Lieder, le printemps avec toutes ses fleurs est déjà présent ». Résigné face à cette mort qu’il sent proche (il meurt à 31 ans), le compositeur croit en cette vie éternellement heureuse qui attend tout être humain.

Demain, dès l'aube


DEMAIN, DES L’AUBE
Photo: Erminio Modesti

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au-dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
 Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
 Et, quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
 Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo, Les Contemplations, Livre IV, XIV

Les Contemplations est un recueil de poèmes écrits par Victor Hugo (1802 - 1885) en souvenir de sa fille aînée Léopoldine, morte noyée dans la Seine avec son mari en 1843, à l’âge de 19 ans. Certains poèmes évoquent l’amour et la nostalgie du bonheur, d’autres la mort et le chagrin, toujours dans une langue simple, touchante, sans pathos.  
Le livre IV dont est extrait ce poème correspond au livre du deuil :
‘Le jour sera pour moi comme la nuit’. Plus rien n’a de vie, sinon la douleur. Elle conduit le poète, aveugle de tout ce qui l’entoure, jusqu’à la tombe de Léopoldine. Il y dépose lui-même feuilles et fleurs. Le bouquet y prendrait-il racine ?

Les morts nous parlent


Les morts nous parlent, du Père François Brune. Un ouvrage édité en 1988 et réédité par cinq maisons d’éditions, la dernière datant de 2009. 
Traduit en plusieurs langues, cet ouvrage a de quoi déconcerter : oui, il existe une vie après la vie. Les morts y cherchent à (r)établir le contact avec nous, les vivants.
 Et en la matière, la variété, dans le livre du Père Brune, impressionne : une médium captant le talent inabouti de grands compositeurs écrit leurs œuvres posthumes, les défunts communiquent leurs volontés par l’écriture automatique, des enfants décédés parlent à leurs parents par le biais d’enregistrements audio…. L’auteur, féru de paranormal mélange les genres et les témoignages, rapprochant la mystique des NDE (Near Death Experience / les Expériences de Mort imminente) à la mystique des saints catholiques, les visions de Marthe Robin aux hallucinations causées par l’usage du LSD. 
Dans la pastorale qui nous occupe, nous avons pu rencontrer des personnes qui ont, un temps, cru que leur fils leur parlait à travers une télé en veille, ou qui ont cherché à faire bouger divers objets, pour entendre les derniers souhaits de leur conjoint disparu. Sur le plan strictement humain, les dégâts sont immenses. Si comme catholiques, nous croyons qu’une ‘après-vie’ nous est offerte, nous restons néanmoins conscients que toute mort représente une véritable rupture. Un lien doit être défait, pour que d’autres se renouent. Avec ce type d’ouvrage, le deuil n’est plus cet espace ‘blanc’ dans lequel écrire cette marge, qui laisse le temps et la distance pour honorer la mémoire et cultiver le souvenir. Il incarne au contraire une sorte de radeau, accroché à un défunt qui donne l’impression de n’être pas vraiment parti. Le deuil est reporté, nié, oublié, et devient comme une course aux preuves de la ‘vie’ du défunt. Un exercice périlleux, et qui ne permet pas au cœur de panser ses blessures ; tout au plus peut-il camoufler les plaies, au pire les entretenir.
Ce que nous cherchons à transmettre par ce blog est un appel à accepter le deuil, à accepter d’être meurtri par celui-ci, pour mieux redonner sens à la vie qui peut renaître. Pour nous, l’esprit qui anime ce livre n’est pas celui d’un Christ venu pour écouter et épauler les vivants : « Suis-moi, et laisse les morts enterrer leurs morts[i] ».


[i] Matthieu 8,22

mardi 27 novembre 2012

Rencontre avec Régine du Charlat (3/3)



Tous en chemin

«  Baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés, afin que comme Christ est ressuscité des morts… nous menions, nous aussi, une vie nouvelle » (Rm 1-14). Cette première partie du chapitre 6 de l'Epître aux Romains mériterait d'être citée en entier, jusqu'à la dernière phrase : «  Vous n'êtes plus sous la loi mais sous la grâce.  » Ce que le Christ a vécu, il nous est donné de le vivre avec lui. Il n'est pas davantage question ici de partage entre vivants et morts. La ‘vie nouvelle' est offerte à tous, ‘de toutes nations, tribus, peuples et langues', d'hier, aujourd'hui et demain.

Un autre paradoxe se présente alors : la vie nouvelle est déjà pleinement donnée mais, si en Christ elle est entièrement accomplie, en nous elle est encore à accomplir : chemin à suivre jusqu'au bout, semence qui doit mourir pour germer et porter du fruit, vigne qui doit se laisser émonder… Là encore, aucune distinction entre vivants et morts ce qui, rappelons-le ici, ne se comprend pas comme négation de la mort, à laquelle tout humain reste soumis, mais comme promesse d'une vie ‘neuve', cette vie de résurrection dont la foi déjà nous donne l'intelligence.



La communion des vivants et des morts

Au terme de ce bref parcours qui nous aura simplement placés au cœur de l'Evangile, le paradoxe demeure. La mort reste une inéluctable rupture que rien ne compense et qui nous laisse dans la totale ignorance de ce qu'il y aurait ‘de l'autre côté'. La foi, elle, nous établit dans la participation à la mort et à la Résurrection du Christ qui entraîne avec lui toute l'humanité dont il s'est rendu solidaire. Certains d'entre nous ont déjà passé l'épreuve de la mort. D'autres s'acheminent vers elle. Mais tous, dans la foi, nous nous croyons déjà passés de la mort à une vie ‘nouvelle ' : non pas reproduction mais réellement neuve, de la Nouveauté de l'Evangile. Nous le croyons aussi pour ceux qui ne partagent pas notre foi. Nous le croyons pour tous, vivants et morts. Mais, nous le savons aussi, cette vie nouvelle n'a pas encore trouvé sa pleine réalisation : conversion, ajustement, purification la poursuivent. Le ‘Purgatoire' n'est qu'une façon de désigner cette progression vers l'accomplissement en Dieu. En ce sens il est tout autant d'ici et d'au-delà. Vivants et morts, si radicalement séparés dans leur chair, se retrouvent ‘peuple immense' rassemblé dans l'attente des derniers jours, sous le signe de la Résurrection.

mardi 20 novembre 2012

Deux petits pas sur le sable mouillé

Anne-Dauphine Julliand, journaliste et mère de 38 ans, a traversé une terrible épreuve, qu'elle retrace dans un livre. Deux petits pas sur le sable mouillé raconte une famille heureuse: milieu privilégié, un fils de 4 ans Gaspard, une fille de 2 ans Thaïs et une maman enceinte d'un troisième enfant. Mais la belle histoire s'arrête brutalement: Thaïs est atteinte d'une leucodystrophie métachromatique, une maladie génétique orpheline, qui ne lui laissera que quelques mois à vivre.


Vous pouvez acquérir le livre d'Anne-Dauphine Julliand au CDD (Centre Diocésain de Documentation) - Librairie
Rue de la Linière 14 (4ème étage) à 1060 Bruxelles
Tél. : 02/533.29.40 - Fax : 02/533.29.41
Ouverture :
Mardi, jeudi et vendredi (10h-12h et 14h-17h), mercredi (10h-17h) et sur rendez-vous.




Retrouvez Anne-Dauphine Julliand sur RCF-Bruxelles, le 13 décembre 2011, dans l'émission Ethique et moi, à propos de son livre ‘Deux petits pas sur le sable mouillé’. 

 
Voir aussi le bel article "Nous avons ressenti toute la compassion de Dieu", d'Isabelle de Gaulmyn et François-Xavier Maigre, paru dans le journal La Croix le 10 septembre 2011. 
Site du journal La Croix www.la-croix.com

Survivre à son enfant

La disparition d'un enfant, due à un suicide ou à toute autre cause, nous apparaît totalement inacceptable. Comment en tant que parents faire face à cette douleur dévastatrice, comment continuer à vivre?

Témoignage extrait du Hors Série de la Vie 'Vivre le deuil'. Cliquez ici pour le visionner ou le télécharger.
Les dessins de Cassandre ont été rassemblés par sa mère dans un blog lesdessinsdecassandre.blogspot.com

mardi 13 novembre 2012

Rencontre avec Régine du Charlat (2/3)



La mort humaine de Jésus
«  Jésus Christ, lui qui est de condition divine, ne retint pas le rang qui le faisait l'égal de Dieu… en devenant semblable aux homme… il s'est abaissé, devenant obéissant jusqu'à la mort  » (Ph 2, 6-8).
Là, tout est dit. Plus encore tout se réalise. Jésus assume sans aucun détour, sans faux semblant illusoire, la condition humaine mortelle. Comment pourrait-il en être autrement puisqu'il a épousé totalement notre humanité ? C'est son ‘obéissance', c'est-à-dire, selon l'étymologie du terme, sa capacité d'écoute de la Parole du Père. Et cette écoute le fait aller jusqu'au bout de la condition humaine, jusqu'à la mort. C'est pourquoi il nous est dit de Jésus qu'il nous aima «  jusqu'au bout  », c'est-à-dire jusqu'au consentement à la mort. «  Avant la fête de la Pâque, Jésus sachant que son heure était venue, l'heure de passer de ce monde au Père, lui, qui avait aimé les siens qui sont dans le monde, les aima jusqu'à l'extrême  » (Jn 13, 1). En lui, la mort n'est pas occultée. Elle est pleinement vécue, dans la douleur mais dans l'acquiescement et l'abandon. 


Une mort ressuscitante
Ce ‘jusqu'au bout', ce consentement obéissant qui a conduit Jésus à la mort est aussi celui qui le ressuscite. «  C'est pourquoi Dieu l'a élevé  » (Ph 2, 9). ‘C'est pourquoi' : le paradoxe devient lumineux. Encore faut-il bien le comprendre et s'en laisser dévoiler le mystère, se laisser entraîner dans la logique qui fait passer Jésus de la mort à la résurrection. Ce n'est pas la mort qui est puissance de résurrection, mais le consentement à la mort. Ce n'est pas non plus une sorte de consentement passif, comme désabusé, c'est l'amour jusqu'au bout d'une vie donnée à ceux et pour ceux qu'il aime. Amour qui va jusqu'à refuser tout recours aux armes de violence utilisés par ceux qui veulent sa mort. Il ne se défend pas. Sur la croix, il va même jusqu'au pardon. Et ce pardon, peut-être dans un dernier consentement à la fragilité humaine, il demande à son Père de le donner pour lui. «  Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font » (Lc, 23, 34).
« Ressuscitante Passion », écrit Péguy. Parce que cette Passion est une Passion amoureuse, la mort est vaincue. Elle n'est pas niée, elle est même en un sens honorée, mais elle est traversée et vaincue.

 


Pastoralia (Archidiocèse de Malines – Bruxelles) n°9 – Régine du Charlat - novembre 2007, pp. 294 – 295.

lundi 5 novembre 2012

Reportage Action Toussaint

Télé Bruxelles était dans les allées du cimetière de Molenbeek ce jeudi 1er novembre. Une équipe de chrétiens était là pour accompagner les visiteurs....

Action Toussaint 2012
L'Evangile en partage
Marie-Françoise Boveroulle
mf.boveroulle@skynet.be - Tel 02/ 533 29 60








Paroles de vie face à la mort


Robert HENCKES  

Tout est accompli, paroles de vie face à la mort,
 Editions Thomas Mols, 2008, 185 p.

Chacun se pose des questions sur la fin de vie, la souffrance,  la mort et l’au-delà, le temps du deuil…
L’auteur, médecin, s’appuie évidemment sur son expérience, sur des témoignages et les écrits de contemporains qui accompagnent ces étapes (Lytta Basset, Marie de Hennezel, Simone Pacot).

 

Mais cette réflexion s’enracine aussi dans le vécu du Christ marchant sur son propre chemin de mort et de résurrection.
« La Parole peut féconder notre terre intérieure et porter du fruit », dit l’auteur.

Un livre vivifiant !


CDD (Centre Diocésain de Documentation)
Librairie
Rue de la Linière 14 (4ème étage) à 1060 Bruxelles
Tél. : 02/533.29.40 - Fax : 02/533.29.41
Ouverture :
Mardi, jeudi et vendredi (10h-12h et 14h-17h), mercredi (10h-17h) et sur rendez-vous.


mardi 30 octobre 2012

Rencontre avec Régine du Charlat (1/3)


Régine du Charlat est religieuse auxiliatrice des âmes du Purgatoire. Cette congrégation a été fondée en 1856 par une femme, Eugénie Smets, qui avait le souci de la prière pour les défunts. Mais dès le début, elle les a associés aux vivants dans la « communion des saints ».
Appuyées sur la spiritualité ignatienne, les Auxiliatrices sont, aujourd’hui comme hier, engagées dans des actions multiples, professionnelles ou pastorales.

Unis dans le regard de Dieu


Parler des ‘défunts' nous projette dans un profond paradoxe. La mort nous les a arrachés; ils ne sont plus. Pourtant, par la mémoire, ils nous restent présents. De ce qui est ressenti, l'expérience varie. Certains éprouvent la mort comme une rupture absolue, d'autres gardent le sentiment d‘une intime proximité. On peut relever cependant que toutes les cultures – au moins le plus grand nombre – et toutes les religions font place, d'une manière ou d'une autre, à la relation entre vivants et morts. D'un côté la mort comme rupture radicale, d'un autre la mémoire qui entretient la présence : comment comprendre ce paradoxe ou, plus exactement, le lire à la lumière de l'Evangile, puisque telle est ici l'intelligence à laquelle la foi nous appelle ?
«  Je vis une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, de toutes nations, tribus, peuples et langues  » (Ap 7,9). C'est le texte que la liturgie nous livre à la Toussaint. Il ne précise pas s'il s'agit de vivants ou de morts. C'est la foule de ceux que Dieu rassemble et elle est ‘immense', sans mesure, sans frontière, sans date. Nous voici sur la voie: il y a une vision de foi qui unit dans le même regard vivants et morts, d'hier, d'aujourd'hui, de demain : ce que la tradition nomme ‘la communion des saints'. Dans cette vision, oui les défunts nous sont poches. Que nous le ressentions ou non importe peu. La foi nous ouvre au regard de Dieu lui-même sur l'humanité tout entière.

La mort prise au sérieux


Mais la mort ? Serait-elle une illusion qui nous fait croire à la rupture alors que nous sommes dans la présence ? Nous voici de nouveau en plein paradoxe. Il ne serait pas honnête de le balayer d'un revers de la main. Ce serait surtout inhumain. Que serait la vie humaine si elle occultait la mort ? Une façon de l'occulter – il y en a bien d'autres! – serait d'exalter la relation aux défunts en réduisant la mort à une simple mutation du vivant. Non la mort est bien la fin du vivant, sa totale disparition. C'est pourquoi elle est douleur, parfois insurmontable pour les vivants, souvent révolte et scandale. Certes elle peut être consentie comme un accomplissement humain. Il n'est peut-être pas si rare d'avoir le bonheur d'en être témoin, et d'y éprouver la douceur d'une espérance. Il reste qu'il ne serait ni juste ni seulement possible de nier la mort, de quelque façon que ce soit. 


Retrouvez la seconde partie de cette rencontre ici.

lundi 29 octobre 2012

Autour de la démence : infos et conseils


Le site www.vivreavecunedemence.be vous offre info, conseils, assistance et vous propose bon nombre de vidéos de grande qualité, témoignages de proches de la personne malade, mais aussi témoignages du personnel médical accompagnant.

Les groupes de parole pour enfants et ados


L’espace ‘Papillon’, mis sur pied par ‘Cancer et psychologie’ (site http://www.canceretpsy.be/spip/) propose des ateliers pour enfants et adolescents en deuil d’un proche : lieux de jeux et de parole, animés par des psychologues. 

Visionner le reportage du 23 avril dernier sur la RTBF http://www.youtube.com/watch?v=8a0qcjDi-Lg 

lundi 22 octobre 2012

Funérailles : Déroulement type d’une célébration


Déroulement type d’une célébration de funérailles avec / sans eucharistie

Déroulement type d’une célébration
Photo : Jacques Bihin
Chant, mot d’accueil
Allumage d’un cierge près du cercueil, ou croix déposée sur lui
Kyrie et oraison
Lectures : un grand choix est proposé dans le Lectionnaire, pour une ou deux lectures et l’évangile
Intentions de prière
Procession d’offrande (après la prière d’intention ou à la fin, suivant le sens qu’on lui donner : processus d’offrande ou dernier hommage).

  1. Sans Eucharistie
Après l’homélie, on passe au Dernier adieu.
Dernier adieu :
Chant
Bénédiction du cercueil avec l’eau bénite et l’encens
Prière finale, et envoi

  1. Avec Eucharistie
Préparation des dons
Préface propre et prière eucharistique
Notre Père et communion
Oraison finale

Funérailles : Choisir un texte biblique


Choisir un texte biblique

Le rituel catholique propose toute une série de lectures extraites de la Bible.

Vous pouvez y accéder, via les liens ci-dessous (numéros des chapitres en gras) :
  • Livre de Job
-       Jb 14, 1-3.10-15 : La mort est-elle la fin de tout? Devant la mort d'un être cher, la question se pose; Que deviendrons-nous après la mort? A la fois on doute et on espère. 
      Ecoutons Job. Devant Dieu, il s'interroge. 
      http://www.aelf.org/bible-liturgie/Jb/Livre+de+Job/chapitre/14
-       Jb 19, 1.23 – 27a -  Garder confiance dans l'épreuve. Job est un homme qui connaît la misère, la maladie, la souffrance et l'épreuve, mais il est croyant...
     http://www.aelf.org/bible-liturgie/Jb/Livre+de+Job/chapitre/19

Photo : Anne Van Bellingen
  • Livre de la Sagesse
-       Sg 2, 1-4a.22 – 23 ; 3,1-9 Sg 2, 23 ; 3, 1 – 6.9: la vie du juste est dans la main de Dieu. Douter de Dieu, n'est-ce pas notre premier mouvement quand la mort frappe l'un de nos proches? La foi nous invite pourtant à regarder plus loin...

- Sg 4,7–15 -  La dignité du vieillard: ce qui fait la valeur d'une vie, ce n'est pas sa longueur, mais sa qualité. Dieu voit le fond des coeurs.
  http://www.aelf.org/bible-liturgie/Sg/Livre+de+la+Sagesse/chapitre/4   

  • Livre d’Isaïe
-       Is 25, 6a.7 – 9 - Par la résurrection de Jésus, Dieu a détruit la mort pour toujours. Dieu est plus fort que la mort; il rassemblera ses enfants et leur donnera le vrai bonheur. http://www.aelf.org/bible-liturgie/Is/Livre+d%27Isa%C3%AFe/chapitre/25

  • Livre des Lamentations : Lm 3, 17 – 26 - Malgré tout, je ne perds pas confiance. Quand rien ne va plus, quand tout semble perdu, le croyant garde au coeur cette lueur d'espoir: Dieu m'aime comme je suis, il ne m'abandonne pas.  
  • Evangile selon saint Mathieu 
-       Mt 5, 1 – 12a: Où se trouve le vrai bonheur? Jésus nous le dit:
  http://www.aelf.org/bible-liturgie/Mt/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Matthieu/chapitre/5
-       Mt 11, 25 – 28 : "Venez à moi, vous tous qui peinez". Devant la mort, nous sommes si faibles et si petits. Mais l'Evangile nous rappelle combien Dieu aime d'un amour de prédilection ce qui est faible et petit.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Mt/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Matthieu/chapitre/11
-       Mt 18, 1 – 5.10: Savoir attendre dans la nuit.- La parabole des dix jeunes filles. Voici le récit imagé d'une noce en Palestine. Il y a celles qui sont prêtes à vivre cette fête. Il y a celles qui sont mal préparées. Pour le croyant à la résurrection sera la grande fête, la grande rencontre de Dieu. Dès maintenant, préparons-nous.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Mt/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Matthieu/chapitre/18
-       Mt 25, 1 – 13: C'est sur l'amour que nous serons jugés.
-       Mt 25, 31 – 46

  • Evangile selon saint Marc
-       Mc 10, 28 – 30:  En suivant Jésus Christ et en vivant l'Evangile dans ce monde qui est le nôtre, notre ami N....a souffert et lutté; mais quelle joie pour lui de rencontrer celui qui est source de toute vie.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Mc/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Marc/chapitre/10
-       Mc 14, 32 – 36: A la veille de sa mort, Jésus n'échappe pas à l'angoisse, mais il ira jusqu'au bout pour sauver le monde.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Mc/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Marc/chapitre/14
-       Mc 15, 33 – 34a.c.37 – 39 ; 16,1 – 6: Ne cherchons plus parmi les morts celui qui est vivant. Ceux qui aimaient Jésus ont connu ce désarroi, comme nous, devant la mort. Leur témoignage nous aidera-t-il à en triompher?
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Mc/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Marc/chapitre/15

  • Evangile selon saint Luc
-       Lc 2, 22b.25-32:"Maintenant tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix". Le vieillard Syméon, avant de mourir, connaît cette joie profonde de rencontrer Jésus. Alors, il peut partir en paix. Il a vu le Seigneur.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Lc/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Luc/chapitre/2
-       Lc 7, 11 – 17: Jésus et le fils de la veuve de Naïm. La bonté du Christ se révèle lorsqu'il voit cette Maman qui enterre son enfant. Jésus se montre ainsi très proche de nos souffrances, et tout prêt à nous donner la vraie vie.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Lc/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Luc/chapitre/7
-       Lc 12, 35 – 38.40: Accueillir le Seigneur quand il vient. Pour votre ami(e), l'heure est venue de la rencontre avec Dieu. Nous aussi, dès maintenant, nous voici invités à vivre cette rencontre.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Lc/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Luc/chapitre/12
-       Lc 23, 33 – 34.39 – 46.50.52 – 53 : Le Bon Larron. Il nous est bon d'entendre cette parole du Christ: "Aujourd'hui, tu seras avec moi dans le Paradis". Oui, nous pouvons garder confiance, Jésus Christ nous révèle jusqu'où va l'amour du Père.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Lc/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Luc/chapitre/23
-       Lc 24, 13 – 35: Les disciples d'Emmaüs. Souvent la tristesse, le désespoir, la douleur nous aveuglent. Qui nous aidera à aller plus loin? Le récit des disciples d'Emmaüs nous fait découvrir que Jésus est là, sur la route, avec nous.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Lc/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Luc/chapitre/24

  • Evangile selon saint Jean
-       Jn 5, 24 – 29: Voici l'heure. C'est l'heure d'entrer dans la vie, nous dit saint Jean. Ceux qui accueillent la parole de Dieu, ceux qui font le bien, passeront de la mort à cette vie qui ne finit pas.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Jn/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Jean/chapitre/5
-       Jn 6, 37 – 40: Jésus est venu pour que nous vivions. Voici cette grande nouvelle, la seule capable de faire naître en nous l'espérance: Dieu est Père. Il est bon. Il nous donne son Fils, pour que nous vivions à jamais.
-       Jn 6, 51 – 58: "Moi je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement".
-       Jn 10, 14 – 1: Jésus, le Bon Pasteur, veut nous conduire à la vie. C'est le désir profond du Christ: rassembler en son amour toute l'humanité, et la conduire vers le Père, comme un berger à la tête de son troupeau.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Jn/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Jean/chapitre/10
-       Jn 11, 17 – 27: "Je suis la résurrection et la vie". Lazare vient de mourir: toute la maison est plongée dans la tristesse. Seule la foi peut nous faire découvrir la profondeur de cette conversation entre Marthe et Jésus: même s'il est mort, il vivra.
-       Jn 11, 32b – 45: Jésus n'est pas insensible devant la mort. Il pleure devant son ami Lazare.Mais il nous donne l'espoir que la mort n'est pas la fin de tout: celui qui croit connaîtra la vraie vie.http://www.aelf.org/bible-liturgie/Jn/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Jean/chapitre/11
-       Jn 12, 24 – 28: Le grain qui meurt porte du fruit. Avec des mots tout simples, Jésus va mettre dans nos cœurs cette espérance dont nous avons tant besoin.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Jn/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Jean/chapitre/12
-       Jn 14, 1 – 6 : Un Père qui rassemble ses enfants, telle est l'image employée par Jésus Christ. Par-delà la mort, Dieu nous attend chez lui, et Jésus Christ nous montre le chemin. Faisons-lui confiance.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Jn/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Jean/chapitre/14
-       Jn 17, 1 – 3.24 – 26:  Jésus sait qu'il va mourir. Mais il sait aussi que cette mort sera vaincue, et que tout homme connaîtra l'amour qui vient de Dieu.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Jn/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Jean/chapitre/17
-       Jn 19, 17ab.18.25 – 30: Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie. Voici le récit de la mort du Christ. Nous l'écoutons. Jésus nous a aimés à en mourir.

  • Actes des Apôtres : Ac 10, 34 – 43 - Dieu est venu pour sauver tous les hommes. Il a ressuscité Jésus pour que nous connaissions le même bonheur. C'est la conviction profonde des premiers chrétiens, fondée sur le témoignage des apôtres qui ont vu Jésus Christ ressuscité et vivant. Tous les hommes peuvent, aujourd'hui encore, partager la même espérance.
    http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ac/Livre+des+Actes+des+Ap%C3%B4tres/chapitre/10
  • Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 
-       Rm 5, 6b – 11- "La preuve que Dieu nous aime, c'est que le Christ est mort pour nous". Jésus Christ a vécu notre condition humaine, il est mort. Il est ressuscité. La mort est vaincue. Il est vivant aujourd'hui, et, avec lui, nous vivrons: voilà notre espérance.
-       Rm 5, 17 – 21 - Grâce au Christ, l'amour de Dieu nous sauve. Nous sommes solidaires, dans le mal comme dans le bien. Solidaires du péché, mais surtout solidaires de la victoire du Christ et de sa résurrection.
-       Rm 6, 3 – 9  - Une mort semblable à celle du Christ, une résurrection semblable à la sienne! Passer par la mort avec le Christ pour vivre avec lui.
     http://www.aelf.org/bible-liturgie/Rm/Lettre+de+saint+Paul+Ap%C3%B4tre+aux+Romains/chapitre/
-       Rm 8, 14 – 17 - L'Esprit Saint fait de nous des enfants de Dieu
-       Rm 8, 18 – 23 - Pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire que Dieu va révéler en nous!
     http://www.aelf.org/bible-
-       Rm 8, 31b – 35.37 – 39 - Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Le Christ nous a aimés à en mourir, mais son amour a vaincu la mort, puisqu'il est ressuscité et vivant. Rien ne peut nous séparer de l'amitié de Dieu, c'est là notre espérance.
-       Rm 14, 7 – 9.10b – 12 - Dans notre vie comme dans notre mort, nous appartenons au Seigneur.
      http://www.aelf.org/bible-liturgie/Rm/Lettre+de+saint+Paul+Ap%C3%B4tre+aux+Romains/chapitre/14

  • Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
-       1 Co 15, 1 – 5.11 : L'Evangile, c'est la bonne nouvelle de Jésus Christ. A la suite de tous ceux qui nous ont précédés, nous croyons que le Christ est vivant. Son amour est plus fort que tout, plus fort que la mort.
-       1 Co 15, 12.16 – 20 : Le Christ est ressuscité des morts pour nous entraîner à sa suite.
-       1 Co 15, 19 – 24a.25 – 28 : Personne n'échappe à la mort ici-bas...C'est le sort de tous les hommes, mais ce n'est pas le dernier mot sur notre destinée. Le dernier mot, nous le croyons, c'est la vie: la vie avec Jésus Christ, vainqueur de tout mal.
-       1 Co 15, 20 – 23
-       1 Co 15, 51 – 54.57  :La mort nous fait peu parce qu'il nous semble que c'est la fin de tout. Le premier, Jésus est passé de la mort à la vie qui ne finit pas. Nous sommes appelés à partager, nous aussi, cette victoire sur la mort.

  • Deuxième lettre de saint Paul  Apôtre aux Corinthiens
-       2 Co 4, 14 – 5,1: A la suite de Jésus, les chrétiens sont promis à la résurrection.
      http://www.aelf.org/bible-liturgie/2Co/Deuxi%C3%A8me+lettre+de+saint+Paul+Ap%C3%B4tre+aux+Corinthiens/chapitre/4
-       2 Co 5, 1.6 – 10 : Si notre corps doit mourir, notre âme ressuscitera.
     http://www.aelf.org/bible-liturgie/2Co/Deuxi%C3%A8me+lettre+de+saint+Paul+Ap%C3%B4tre+aux+Corinthiens/chapitre/5

  • Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens
-       1 Th 4, 13 – 14.17d – 18 : Ayons foi! Dieu nous ressuscitera, à la suite de Jésus!
-       1 Th 4, 13 – 14.18

  • Première lettre de saint Jean
-       1 Jn 3, 1 – 2: Combien Dieu nous aime...Dans l'épreuve, il est bien difficile de croire que Dieu nous aime. Jean l'Apôtre que Jésus aimait nous livre son message: il nous invite à ouvrir notre coeur: un jour nous comprendrons mieux qui est Dieu pour nous.
-       1 Jn 3, 14.16 – 20: L'amour nous fait passer de la mort à la vie. Aimer, c'est vivre. Puissions-nous, comme le Christ, aimer d'un amour sans limites, alors nous connaîtrons la vraie vie.
-       1 Jn 4, 7 – 10 : Pourquoi craindre, puisque Dieu est amour?
http://www.aelf.org/bible-liturgie/1Jn/Premi%C3%A8re+lettre+de+saint+Jean/chapitre/4
  • Apocalypse
-       Ap 14, 13 : Heureux celles et ceux qui s'endorment dans la foi en Dieu?
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ap/Livre+de+l%27Apocalypse/chapitre/14
-       Ap 20, 11 – 21,1: Promesse d'un ciel nouveau et d'une terre nouvelle!
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ap/Livre+de+l%27Apocalypse/chapitre/20
-       Ap 21, 1.3 – 5a: Le monde entier marche vers la demeure de Dieu.
-       Ap 21, 1 – 5a.6b.7

Les Psaumes
Dans ton amour, Seigneur, écoute ma voix

Les frères dominicains de Lille et de la Province de France nous invitent à découvrir et goûter chaque jour la parole des Psaumes. Prié, chanté, médité, ruminé, depuis plus de deux millénaires, le livre des Psaumes est un cri de l’homme vers Dieu, tout autant que de Dieu vers l’homme. Cris de souffrance, de désespoir, d’exultation, de joie ou de colère. S’approcher des Psaumes est un chemin pour parler en vérité à Dieu.

Sur www.psaumedanslaville.org, vous pouvez
  • Ecouter les psaumes en ligne, lus par sept artistes – Michael Lonsdale, Marie-Sophie Ferdane, Maxime d’Aboville, Claire Chastael, Jean-Damien Barbin et Nâzim Boudjenah- et une équipe de frères et sœurs dominicains,
  • Vous inscrire, gratuitement. Par votre inscription, vous recevrez tous les lundis, mercredis et vendredis, le commentaire du psaume de ces jours.
  • Visiter le blog, lire divers articles, laisser un commentaire….etc.

Voici un choix de psaumes, proposé par le Rituel

-       Ps 4: Garde mon âme dans la paix, près de toi, Seigneur.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/4
-       Ps 15 : Garde-moi, Seigneur mon Dieu, toi mon seul espoir.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/15
-       Ps 22: Le Seigneur me conduit, je ne manque de rien.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/22
-       Ps 24 : Guide nos pas, Seigneur, aux chemins de la paix.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/24
-       Ps 26 : Je verrai la bonté du Seigneur, sur la terre des vivants.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/26
-       Ps 30 : Mon espoir, c'est ta parole, aide-moi, Seigneur mon Dieu.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/30
-       Ps 33 : Donne la paix, Seigneur, à ceux qui comptent sur toi.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/33
-       Ps 41 : Mon âme a soif du Dieu vivant; quand le verrai-je face à face?
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/41
-       Ps 62: O Seigneur, près de toi, toute paix, toute joie.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/62
-       Ps 85: Proche est le Seigneur de ceux qui l'invoquent.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/85
-       Ps 102: Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi. http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/102
-       Ps 115: Je marcherai en présence de Dieu, sur la terre des vivants.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/115
-       Ps 121: Heureux les habitants de ta maison, Seigneur.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/121
-       Ps 129: Je mets mon espoir dans le Seigneur, je suis sûr de sa parole.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/129
-       Ps 142:Ecoute, Seigneur, ma prière.
http://www.aelf.org/bible-liturgie/Ps/Psaumes/chapitre/142